Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 12:50

Hier soir, nuit blanche sur le Pont neuf, avec en live Helikopter-Streichquartet de Karlheinz Stockausen, joué dans les airs par des musiciens embarqués dans quatre hélicos tandis que sons et vidéos seront mixés au sol. A plus de 20h, bien après le passage des hélicos, les gens continuent d'attendre, ils attendent jusqu’à l'extinction du grand écran où figurait une partition du maître.

Puis, ils se rendent peu à peu à la Monnaie de Paris où on dit que cette musique sera diffusée en boucle toute la nuit. Une queue se forme le long du quai de Conti, car bien que les portes soient grandes ouvertes, l'entrée de public ne se fera pas avant un quart d’heure au mieux.

La queue enfle, les gens attendent, ils sont dociles. Ils devront attendre avant de pouvoir pénétrer dans le lieu. Voire attendre la sortie des gens entrés avant eux.

Dans la tête des organisateurs l’attente du public, les queues sont une donnée intégrée, acceptable et même positive, car elles marquent le succès d'une « opération ».

Les gens sont incroyablement dociles. Mais c'est peut-être une manière d'être, d'y être, d'en être.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean pierre ceton
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean pierre ceton
  • : un écrivain parle en toute liberté de l'actualité, sans censure ni trompette!
  • Contact

Recherche

Liens