Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 09:38

Annie Ernaux a peut-être raison, le pamphlet fasciste de l'éditeur Richard Millet déshonore la littérature. Mais il déshonore surtout la maison Gallimard, considérée comme le « bien » de la littérature depuis tout le siècle dernier, et encore ces dernières décades, à tort désormais.

En effet, comment pourraient être séparés un attachement à une certaine idéologie raciste, relié à un goût exacerbé pour une langue pure, et un rôle de décideur de comité de lecture? Les choix de cet éditeur favorisent forcément des livres s'inspirant d'une certaine nostalgie du monde et rejettent des livres audacieux dans la modernité.

Alors cette maison d’édition en haut de la place se passerait-elle de l'éditeur qui a le nez pour dénicher les prix Goncourt? Et les gens du comité de lecture (l'un depuis 45 ans!) se désolidariseraient-ils de celui qui a tellement « le sens et l'amour de la langue » ?

Sans doute non, simplement parce que la « maison » ne vendrait pas autant de livres si cet éditeur était remplacé par un « non conservateur » qui par exemple s’enthousiasmerait pour les nouvelles cultures, les nouveaux modes de communication ou d'enseignement, et aussi pour l'écriture du français contemporain.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean pierre ceton
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jean pierre ceton
  • : un écrivain parle en toute liberté de l'actualité, sans censure ni trompette!
  • Contact

Recherche

Liens